L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Transports et déplacements > Ligne rouge

Imprimez !
25 novembre 2013

Ligne rouge

Réponse de Natalie Gandais à l’enquête publique

Monsieur le Président,
Je suis une citoyenne de Villejuif, co-présidente de l’association des Ateliers de l’Avenir à Villejuif (pour élaborer un projet municipal alternatif, écologiste, démocratique et solidaire) et candidate tête de liste de l’Avenir à Villejuif pour les prochaines élections municipales. Je voudrais vous transmettre quelques remarques concernant le document proposé à l’enquête publique de la Ligne rouge du métro.

Tout d’abord, soyez assuré que je partage avec les adhérents de mon association le souhait de voir enfin réalisée cette desserte de banlieue à banlieue, qui devrait vraiment contribuer à faciliter nos déplacements et diminuer la circulation automobile.

Depuis deux ans, nous avons participé à maintes réunions de présentation et de concertation de ce projet, ainsi que des projets qui y sont « liés » par la loi du Grand Paris, le PLU de Villejuif, le CDT de Campus Grand parc, le SDRIF, la Zac Aragon... nous avons eu maintes fois l’occasion de faire des remarques, lors des réunions et aux enquêtes publiques. Voici celles que nous pouvons formuler à propos de l’enquête de la Ligne rouge.

Concernant la gare IGR

L’illustration présentée au public lors de la présentation de la Ligne rouge, un gros cylindre rouge émergeant du parc des Hautes-Bruyères, laissait craindre la destruction d’un grand morceau de ce parc au profit de la construction de la gare Gustave Roussy et des immeubles de Campus Grand Parc, et nous avions protesté, car les Ateliers de l’Avenir à Villejuif se battent pour la préservation du Parc des Hautes-Bruyères, ce poumon vert qui nous protège tant bien que mal des nuisances de l’autoroute voisine.

La communauté d’agglomération du Val de Bièvre a alors fourni une image (ci-dessous) moins imposante et plus transparente de la future gare, qui nous a redonné un peu d’espoir.

Hélas, le document de l’enquête publique propose encore une image différente (ci-dessous), dite « illustrative » sur laquelle on retrouve l’énorme cylindre émergeant (en bleu, cette fois), qui nous laisse craindre que l’option « centre commercial » amputant le parc de manière importante soit de nouveau à craindre.

Je déplore que le document de l’enquête publique ne permette pas de connaître les intentions de la SGP concernant le contenu de cet important volume extérieur qui manifestement cache un projet sur lequel on aimerait pouvoir se prononcer...

Concernant la gare Aragon, on nous propose trois images :

Ci dessous à gauche, une photo aérienne pour montrer l’emprise, ci-dessous au milieu, un plan assez petit avec les parcelles impactées qu’on devine vaguement, et ci-dessous à droite la « représentation illustrative » d’un grand parvis.


C’est par les commerçants que nous avons appris que toute la bande de petits magasins longeant l’avenue Aragon doit être rasée. On lit dans le dossier de l’enquête publique que des accords sont recherchés avec les propriétaires des murs, mais rien n’est dit de la façon dont la SGP envisage d’assurer la pérennité de l’activité des commerçants évincés, alors que ces magasins ont leur utilité. Le commerce à Villejuif est dans une situation de grande fragilité, si rien n’est mis en place, ce sont des activités qui risquent de disparaître. Je vous prie, Monsieur le Commissaire enquêteur, d’intervenir en leur faveur.

D’autre part, la rumeur publique (et pas le dossier de l’enquête) dit que la très jolie maison située avenue de Stalingrad à côte de la brasserie des Sports devrait elle aussi être démolie, ce qui correspond peut-être, bien que la carte soit peu lisible, à l’espèce de décroché en bas du rectangle rouge sur l’image du milieu. Alors que le PLU de Villejuif se décide enfin à protéger notre patrimoine architectural, après des décennies de démolition des plus beaux éléments de l’ancien bourg..., j’aimerais savoir quel élément très important de la future gare qu’on ne pourrait pas caser en sous-sol justifie qu’on démolisse cette jolie maison.

Enfin, concernant les travaux, le document de l’enquête publique permet de s’assurer que les deux gares de Villejuif ne serviront pas de trou de sortie aux déblais des tunnels, ce qui est un peu rassurant.

Mais il ne permet pas d’évaluer les nuisances pour les riverains (durée des chantiers, volume et modalités d’évacuation des déblais des trous des gares, gestion des chantiers). Nous avons toutefois en mémoire ce qui a été annoncé lors de la présentation de la Ligne rouge à Villejuif : 40 camions par jour pour la gare Aragon ! Ce qui ferait un camion tous les quart d’heure, en plein carrefour entre la nationale 7 et la départementale 148.

Nous formulons donc le souhait que ces déblais soient évacués autrement que par route, soit vers le sud par les rails du tramway, soit par le métro de la ligne 7 jusqu’à la Seine, ou même par dirigeable, car ceux-ci pourront bientôt transporter de lourdes charges.

Pour la construction de la gare Aragon, nous nous inquiétons aussi de l’organisation du chantier qui risque de paralyser le carrefour pendant des années, alors que les riverains sortent à peine de 4 ans d’épreuves avec les chantiers de construction du tramway et de réfection de la N7. Sales, boueux, mal signalés, des barrières branlantes ou tombées, des panneaux de déviations en tous sens, y compris contradictoires, mal coordonnés, des tranchées qu’on ouvre et ferme et rouvre pour faire passer un tuyau rouge et referme et re-ouvre pour faire passer un câble noir et referme et re-ouvre pour faire passer un cylindre gris..., ces travaux ont rendu le quartier impraticable pour les personnes âgées ou handicapées, les parents avec poussette, les femmes en souliers à talon... Les piétons ne savaient plus par où passer, ni quoi enjamber...

C’est pourquoi nous aimerions que la SGP s’engage à une gestion exemplaire du chantier, en parfaite coordination avec les services municipaux qu’il conviendra de mobiliser fortement pour le bien du public, que la SGP en accord avec la Ville fournisse aux habitants un numéro de téléphone auquel s’adresser pour signaler tout problème et que la Ville et la SGP s’engagent à résoudre tout problème dans l’heure.

Espérant que vous voudrez bien prendre ces remarques en considération, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la commission d’enquête, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

RÉFERENCES

- Le dossier de l’enquête publique est consultable ici
- La réponse d’Alain Lipietz est consultable ici.

Partager

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article99