L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Quand F. le Bohellec jette par la fenêtre l’argent des Villejuifois

Imprimez !
10 décembre 2018
Alain Lipietz

Quand F. le Bohellec jette par la fenêtre l’argent des Villejuifois

… et bloque la construction du métro.

Accumulant des réserves financières, le maire les gaspille en travaux coûteux mais « visibles »… et parfois inopportuns.

Nous avons raconté comment le maire s’est fabriqué de confortables réserves pour « investir » de manière bien visible avant les élections. Oui mais dans quoi ? Il pense que le plus porteur, électoralement, est de goudronner les rues.

Problème : c’est la tâche du Territoire Grand Orly Seine Bièvre. Villejuif verse de l’argent au territoire pour cela. Les Villejuifois paient donc deux fois leur voirie !

PDF - 38.2 ko
Lettre étonnée du président du GOSB à F. Le Bohellec

Et comme le maire n’y connaît rien, il pique un coup de sang (« Je veux que ces travaux soient fait tout de suite ! »), et fait n’importe quoi. Par exemple : refaire la rue de Cheviilly juste avant des travaux (dont il était pourtant prévenu) du métro Grand Paris Express. Qui viennent aussitôt casser ce qui vient d’être fait. Et il se venge en bloquant les travaux du métro, exigeant que le la rue soit réparée, après travaux, par la Société du Grand Paris Express… comme il était prévu dès l’origine.

Cette guignolade est racontée là, après enquête, par Le Parisien, qui avait d’abord répercuté les fanfaronnades du maire.

Voici donc l’argent des Villejuifois jeté par les fenêtres, alors que, dans le budget 2019, le maire se refuse toujours à restituer la hausse de 800 000 euros des taxes locales, adoptée en situation de crise en 2015, reconduite les années suivantes et qui n’a plus lieu d’être.

Faudra-t-il enfiler un gilet jaune ?

Et l’affaire n’est pas terminée. Pour faire ces travaux de voierie publicitaires, le maire s’est attribué pendant les vacances, dans des conditions douteuses, un énorme budget (5,4 millions d’euros) de « petit travaux de voirie », sous prétexte de « pouvoir boucher les nids de poule » . C’est la « décision 131 », critiquée par Natalie Gandais et par les autres groupes d’opposition, soucieux de l’argent des contribuables, lors du conseil municipal de septembre. Le caractère de propagande électorale de ces travaux n’avait échappé à personne (voir Le Parisien d’octobre).

Cette fois (parce que nous, on fatigue, là), c’est le groupe communiste qui s’est chargé de prévenir les autorités, conformément à la consigne de Mme la Sous-préfète : « Ne laissez plus rien passer ! ». Le groupe a prévenu le Grand Orly Seine Bièvre, le préfet et la trésorière-payeuse de Cachan, chargée de payer les dépenses de la Ville. Or si la trésorière-payeuse commet une faute (telle que payer une dépense illégale), c’est retenu sur ces propres deniers !

Aux dernières nouvelles, elle a décidé de ne pas payer ce grotesque gâchis, en attendant la décision du préfet. F. Le Bohellec devra-t-il payer de sa poche ?

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article951