L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Déchetterie de Villejuif : nouveaux gags

Imprimez !
23 novembre 2018
Alain Lipietz

Déchetterie de Villejuif : nouveaux gags

Le Grand Orly Seine Bièvre est parvenu à sauver la déchetterie de l’Avenue de l’Epi d’or, pour demain samedi 24. Non sans mal.

Élu au conseil du territoire Grand Orly Seine Bièvre et à son Comité technique paritaire, j’apprends que le nouvel emplacement de la déchetterie mobile imposé par F. Le Bohellec provoque une nouvelle crise, suite d’une ahurissante histoire.... Je me rends sur le site avec les agents du GOSB. Dénouement satisfaisant, pour le moment.

Rappel

Depuis des années, la Communauté du Val de Bièvre (CAVB) avait installé au fond de l’avenue de l’Épi d’Or une bien commode déchetterie mobile, le quatrième samedi du mois. En septembre dernier, le maire de Villejuif l’a autoritairement déplacée… devant l’hôtel Balladins. Pourquoi ? Motif officiel : on la voyait mal la déchetterie au fond de l’avenue. Comme on le verra, c’était un mensonge.

Évidemment, l’hôtelier des Balladins n’est pas content. En plus, la mairie s’étant trompée de samedi, rien n’est mis en place. Et le 5e samedi du mois, un dépôt sauvage de déchets se forme devant l’hôtel Balladins.

Le 4e samedi d’octobre, ça se passe mieux : plus de 80 ménages villejuifois viennent déposer leurs déchets. Mais le scandale du nouvel emplacement a enflé, provoquant une nouvelle réunion entre la Ville, le GOSB et Veolia, prestataire des bennes. "Un nouvel emplacement a été validé par l’EPT, la ville et le prestataire Veolia, m’indique-t-on. Un retour a été fait au gérant de l’hôtel Balladins. Elle sera installée devant la Société D. L’entreprise est fermée le samedi, il ne devrait pas y avoir de problème. La ville va prévoir l’installation de panneaux règlementaires et un nouveau marquage au sol. Les panneaux devront signaler la présence de la déchèterie le 4ème samedi de chaque mois avec l’interdiction de stationner de 6h00 à 18h00. Les arrêtés devront également être mis à jour. » Mais en octobre ces panneaux sont toujours devant Balladins.

Les gags de ce jour

Arrive le 4e vendredi de novembre : aujourd’hui. J’apprends par le GOSB… que le nouvel emplacement prévu n’a pas été libéré par les services de la ville, deux lourds camions-ventouses l’occupent, il n’y a plus nulle part de panneau « Stationnement interdit le 4e samedi du mois », et bien sûr aucun marquage au sol.

JPEG - 474.6 ko
Les camions jaune et vert occupent l’emplacement de la déchetterie

Une réunion est prévue sur le site à 14h 45 : j’y vais avec la caquette élu GOSB. J’y retrouve 3 agents du GOSB dont une directrice, et un monsieur de Veolia. Tous sont à bout : la mairie de Villejuif n’est pas venue et ne réponds pas. Et il est imposssible de mettre les bennes devant les camions (sur la chaussée) car, en plus, des tuyaux pour le Grand Paris Express sont entreposés… en plein milieu de l’avenue (l’autorisation n’a pu venir que de la mairie de Villejuif).

La seule solution est de revenir à la place initiale, au fond de l’avenue. Oui, mais non : on leur a bien expliqué que « Ce n’est pas possible, ça gêne le concessionnaire Peugeot qui y gare ses voitures le week-end » ! Argument nettement plus crédible que la fumeuse histoire de la « visibilité » : nous savons M. Le Bohellec très sensible aux intérêts des entreprises privées quand il s’agit de leur céder un morceau du domaine public…

On se creuse la tête, mais non, il n’y a plus de solution pour demain matin. Veolia et le GOSB décident d’annuler la déchetterie du lendemain.

Les agents GOSB du service public de la propreté, dépité-e-s, se croient obligé-e-s de justifier leurs vains efforts devant moi (qui suis un convaincu) : « Pourtant c’est très important, très utile, la déchetterie ! Pas seulement pour la propreté et l’environnement, mais pour les gens ! Et nous avons tout fait pour trouver une solution, avec les représentants de la ville, nous avons fait plusieurs réunions, pour finir ici, devant l’entreprise D. ! » Je les console : ce n’est pas de leur faute, et leur demande : « Mais qui représentait la ville ? ». Eux : « Le Directeur Général Adjoint, et les maires adjoints M. Bounegta et Mme Casel. » (celle-là même qui annonçait triomphalement la semaine dernière « Tout va changer ! On a maintenant un service développement durable ! »). Sourires entendus. Je concède : « Pas sûr qu’on aurait pu trouver mieux. ».

Nous prenons congé. Le monsieur de Veolia, philosophe (« On finira par trouver une solution ! ») donne consigne, sur son portable, de « libérer les gars » pour demain, il n’ y aura pas déchetterie.

C’est alors que, coup de théâtre, un agent de Villejuif appelle le GOSB : « Pas de problème ! Nous avons décidé de mettre demain la déchetterie au fond de l’avenue ! »

C’est-à-dire au seul endroit raisonnable où elle avait toujours été depuis le temps du Val de Bièvre, et dont elle avait été délogée par les douteuses manœuvres de F. Le Bohellec.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article948