L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > « 1 million de mètres carrés, 9000 logements »

Le projet insensé de F. le Bohellec

Imprimez !
8 novembre 2018
Alain Lipietz

« 1 million de mètres carrés, 9000 logements »

Dans le Monde. Argent et placements, le maire offre Villejuif aux placements immobiliers des investisseurs. Occasion de faire le point.

Ce projet, soigneusement caché aux Villejuifois, éclaire d’un jour nouveau de « tsunami » de chantiers d’immeubles s’ajoutant aux gros chantiers publics liés à la construction de la ligne de métro du Grand Paris.

Dans la 4e partie de notre compte rendu du Conseil municipal du 28 septembre, « Tsunami de nouveaux projets immobiliers sur Villejuif », nous faisions référence à une déclaration du maire au journal Le Monde. Argent et placements du 25 septembre. On nous a fait observer que le lien proposé débouchait sur un article réservé aux abonnés. Voici donc le paragraphe concernant Villejuif avec la citation du maire :

Un Villejuif de 85 000 habitants

Depuis quelques mois le maire est en campagne, avec des réunions de quartier et maintenant des « Expresso » payés par l’argent des contribuables. Dans une réunion du quartier sud-ouest, à la maternelle Karl Marx, en mars dernier je crois, les auditeurs ravis ont pu l’entendre dire : « Il n’y aura plus de nouveaux projets immobiliers, en dehors de l’achèvement des ZAC Campus Grand Parc et Aragon et de la rénovation urbaine Lebon-Lamartine..

Ont-ils compris que les « projets à achever » comprenaient aussi la Halle des Sports avec son vaste programme immobilier, l’« écoquartier » dans un morceau de l’Hopital Guiraud ? Le maire leur cachait soigneusement, toujours quartier sud-ouest, « Kaufman & Broad City » (entre la rue du 11 novembre, la Nationale 7 et la Cité Jacques Duclos), annoncée le 28 septembre, dans la véritable marée de nouveaux chantiers votés ce soir-là. Il ne leur disait rien du quartier Bizet, annoncé il y a quelques temps à l’autre bout de la ville.

Et bien, sûr F. le Bohellec se gardait bien de claironner ce qu’il annonce, le 25 septembre, aux abonnés du Monde, rubrique « Argent et placements » :

« Nous allons bâtir entre 800 000 et un million de mètres carrés d’ici à 2026, soit 9 000 nouveaux logements. »

9000 nouveaux logements sur un 800 000 à un million de mètres carrés : ce sont en moyenne des logements de 100 mètres carrés, de beaux 4-5 pièces, avec disons 3 nouveaux habitants en moyenne par logement, cela représente environ 27 000 habitants supplémentaires. Il y avait 57000 habitants en 2014, il y en aura donc environ 84 000 dans 7 ou 8 ans, presque moitié plus.

Où en est-on ?

Faisons le compte en nous en tenant aux gros chantiers déjà annoncés lors des conseils municipaux. On n’en parle que lorsqu’ils impliquent une institution lourde (ZAC, Opération de Rénovation Urbaine), ou des décisions municipales (Projet urbain partenarial, garantie d’emprunt…)

Pour les Grands projets :

ZAC Aragon : 1000 logements ( selon Le Monde)

ZAC Cancer Grand Parc : 3300 logements (C. Cordillot en voulait 4000. Du temps de l’Union citoyenne, quand L’Avenir à Villejuif faisait partie de la majorité, on avait négocié 2900, et depuis que nous sommes partis : 3300).

ANRU Lamartine / Lozaits : + 320 logements sur le site Lamartine (en tenant compte de 261 démolis) + 85 logements sur Lozaits nord (annoncé rapport 18-06-209 au conseil municipal de juin dernier.)

Soit au total : + 4705 logements

Rajoutons ce que le maire avait oublié de mentionner, mais déjà adopté depuis des mois :

Halle des sports : 180 logements

Ecoquartier Paul Guiraud : 500 logements (F. le Bohellec au Monde)

Quartier Bizet : 350 logements (F. le Bohellec au Monde)

Soit déjà 5735. Et voyons ce qui est annoncé à chaque conseil municipal, depuis le printemps dernier.

CM d’Avril :

PUP Sogeprom, 137 avenue de Paris : 232 logements

PUP K-Promotion, 16-18 Bd Maxime Gorki : 25 logements

CM de Mai :

Kaufmann&Broad, rue JB Cément : 108 logements

CM de Juin

PUP Productimmo 88 Bd Maxime Gorki : 19 logements

PUP SCCV 80 ave de Paris : 23 logements

RSF 131 ave de Paris : 170 logements

Eiffage au 4 communes : donnée non communiquée (mais le promoteur achète pour 3 millions d’euros de réserves foncières de la ville, ce sera donc assez gros ! )

Immeuble sur terrain des réservoirs, à côté de l’école en construction : donnée non communiquée (mais c’est R+6)

CM de septembre

Kaufman & Broad City (rue du 11 novembre/N7/Benoit Malon) : environ 240 (avec le nord)

PUP Promobat rue de Chevilly : 49 logements

PUP Belledemeure 112 avenue de Paris : 24 logements

15-17 rue des Villas : la Ville revendra des réserves foncières destinées à élargir le rue pour « les inclure dans une opération de plus grande importance réalisée par un promoteur, propriétaire d’un terrain mitoyen au sud ». On n’en saura pas plus…

Opération Icade rond-point du Gal de Gaulle : données non communiquées.

Pasteur 3 : pas de logement… selon le maire.

Soit déjà près de 6625 logements environ passés en Conseil municipal (et je ne suis pas remonté avant le printemps dernier, c’était chaque fois du même ordre), plus ceux que sur lesquels le maire ne nous donne même pas de détail. Sans compter la multitude de projets petits et moyens qui n’auront jamais eu besoin de passer en conseil municipal. Et ce n’est qu’un début. On arrivera en effet très vite à 9000.

Où est le problème ?

Chacun de ces projets semble séparément « dans les clous » du Plan Local d’Urbanisme, construit sous la responsabilité de Natalie Gandais et que nous avons accepté de voter en 2015, bien que l’État et la Région, alors socialistes, nous aient obligés à densifier la Nationale 7 et les « pastilles rouges » posées sur tout Villejuif par le Schéma directeur régional. Les socialistes villejuifois, pendant toute la consultation de l’élaboration du PLU, n’arrêtaient pas de dire aux Villejuifois que l’État et la Région nous obligeraient à construire pus ! Il fallait à chaque fois rappeler que le PLU permettait de construire ce que demandait l’État pour répondre à la crise du logement (le « Territorialisation de l’offre de logements »).

Et malgré tout le PLU de 2015 est beaucoup moins dense que le PLU de 2013 de la municipalité sortante PCF-PS de Mme Cordillot : hauteur autorisée des immeubles diminuée de 10 mètres, davantage de terre pleine autour des constructions, etc. Le PLU Cordillot aurait donc permis beaucoup plus de logements et d’habitants, plusieurs milliers de logements supplémentaires (déjà, dans les deux ZAC !), conduisant à un Villejuif,non à 70 000 comme nous le craignions, non à 80 000, mais plutôt 100 000 habitants.

Le « tsunami » de constructions de M. le Bohellec reste pour le moment conforme, immeuble par immeuble, au PLU que nous avons voté, à l’exception pour le moment de l’immeuble du terrain des Réservoirs, pour lequel il a fallu une petite révision.

Alors de quoi nous plaignons-nous ?

Bien sûr de "l’effet de masse" provoqué par la saturation d’immeubles poussant tous en même temps en utilisant au maximum les autorisations du PLU et les obligations du Sdrif.

Voici par exemple ce que prévoyait le Sdrif en matière de pastilles rouges :

Mais pastille rouge signifie "au moins +15%", et pas +50% !

D’abord les Villejuifois n’y étaient pas du tout préparés. Ils ont voté pour l’Union citoyenne en 2014 pour freiner la densification que leur promettait l’ancienne équipe, avec son slogan « Villejuif, demain, c’est Paris ».

Ensuite et surtout : c’est la ville de Villejuif elle-même qui n’y est pas du tout préparée ! Pour vous faire une idée de Villejuif en 2026 : regardez autour de vous dans la rue, et chaque fois que vous voyez deux Villejuifois(es), imaginez qu’en fait demain ils et elles seront trois, dans les mêmes mètres carrés… Construire 1 millions de mètres carrés de logements, augmenter la population quasiment de moitié, exige qu’on augmente quasiment de moitié les services publics, le nombre d’agents, le nombre de classes, les terrains réservés pour collèges et lycées, les espaces culturels, le nombre de mètres carrés de verdure, les jardins publics, le gabarit des égouts, et même la surface des trottoirs.

Avant le "tsunami" et le dédoublement des classes de CPE en quartiers sensibles,, les experts choisis par le maire diagnostiquaient déjà, malgré l’ouverture de l’école des Réservoirs (Simone Veil) la crise des locaux scolaires, et rien n’a été fait depuis !

La politique du maire est au contraire de diminuer les services au public, et de brader aux promoteurs toutes nos réserves foncières, que le Syndicat d’action foncière conservait précieusement pour l’espace nécessaire aux bâtiments et espaces publics.

Vendue par F. le Bohellec au Monde de L’argent, Villejuif court tête baissée vers une crise écologique majeure.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article937