L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Le maire s’attaque lui-même, au nom de la Sadev.

Imprimez !
21 décembre 2017
Alain Lipietz

Le maire s’attaque lui-même, au nom de la Sadev.

La plainte en diffamation que F. le Bohellec a fait voter par la Sadev contre Alain Lipietz est désormais affaire publique. À ce que dit la presse, elle est plutôt bizarre.

Pour « justifier » la mise à l’écart de Natalie Gandais du CA de l’OPHlm de Villejuif, le maire a expliqué que : «  M. Lipietz, cette semaine j’ai dû soumettre une délibération au Conseil d’administration de la Sadev qui a été approuvée à l’unanimité. elle consiste à lancer une procédure judiciaire contre vous pour propos diffamatoires. ». Vous ne voyez pas le rapport ? peu importe.

Nous apprenons par Le Parisien que c’est fait, et le journal nous révèle l’objet de cette plainte en interrogeant le directeur de la Sadev, M. Nourrisson, puis moi-même, mais pas encore semble-t-il le principal intéressé, l’IGR. L’article de la journaliste me semble en l’état excellent.

Si j’ai bien compris, la plainte de la Sadev vise mon compte rendu du conseil municipal du 23 octobre. J’y retranscrivais mon indignation devant la révélation de F. le Bohellec : que l’Institut du cancer Gustave Roussy (l’IGR) menaçait d’attaquer le déclaration d’utilité publique de la ZAC Campus Grand Parc, parce que la Sadev prétendait exproprier l’IGR à la moitié de la valeur que l’IGR attend de ses terrains. Or l’opération immobilière était censée financer l’IGR et la recherche contre le cancer !

L’article cite aussi le rapport de la Commissaire enquêtrice sur la Déclaration d’Utilité Publique de la ZAC Campus Grand Parc qui donnerait à la Sadev le droit d’exproprier l’hôpital. Elle juge qu’en effet on ne peut donner un tel droit à la Sadev, car, selon Le Parisien : « Une indemnisation d’un montant insuffisant […] priverait durablement l’IGR des ressources nécessaires à la poursuite de sa mission. » Et « dans le cas précis de l’IGR, peut-on lire ensuite, le commissaire enquêteur considère excessive l’atteinte à la propriété. ». (Nous avons commenté ce rapport ici-même).

« Une atteinte excessive à la propriété », en français ordinaire, s’appelle du vol. Beaucoup d’entre nous, Villejuifois, cotisons pour l’IGR : nos dons de 2017, 2018, etc ne seraient qu’une goutte d’eau par rapport à la perte que la Sadev prétendait infliger à l’IGR. Et : « Une indemnisation d’un montant insuffisant […] priverait durablement l’IGR des ressources nécessaires à la poursuite de sa mission. », en français ordinaire, signifie que ce vol est au détriment des cancéreux.

Oui mais voilà : selon M. Nourrisson, « Tout cela n’a pas été vérifié, laisse entendre que nous détournons l’argent. Cela remet en cause l’honorabilité de la Sadev. »

Désolé, mais mon compte-rendu ne « laisse entendre » rien de la sorte : il s’indigne des conditions d’expropriation, que la Commissaire enquêtrice condamne et que F. le Bohellec chiffre à 50% de la valeur des terrains, estimée par l’IGR.

Il m’est donc reproché de ne pas avoir vérifié les dires de la Commissaire enquêtrice, publiés sur le site de la préfecture, et les dires d’un maire d’une ville de 56 000 habitants devant son conseil municipal, le public et la presse. À qui se fier ? M. le Bohellec, qui se vante d’avoir suscité la plainte de la Sadev, porterait-il donc plainte contre ses propres dires, pour « diffamation » ? Aurait-il menti en conseil municipal ? Qui peut l’imaginer ?

La Sadev, apparemment. Mais alors ! Que la Sadev attaque en diffamation F. le Bohellec et la Commissaire enquêtrice, et non un site qui relate leurs propos.

Quant à M. Nourrisson, déjà froissé par une critique contre la Sadev, il n’hésitait pas à intervenir sur notre site pour demander une rencontre. Nous lui répondions par le même canal, en proposant une date. Aucune réponse depuis 2 ans !! Or le droit de réponse est la réaction normale quand on s’estime diffamé, et M. Nourrisson le sait, sa lettre le prouve.

Nous restons prêts à publier sa réponse sur les chiffres de M. le Bohellec s’il les juge faux, et sa réponse au rapport de la Commissaire enquêtrice, s’il le juge exagéré.

Enfin, s’agissant de F. le Bohellec, on ne peut que s’interroger à voir ainsi un maire s’agiter en faveur de la Sadev et contre l’IGR. Il ne va quand même pas entonner l’air de "les hôpitaux ne paient pas de taxe professionnelle". L’IGR est le plus gros employeur de la Ville, il est le seul (avec son "père" l’Hopital Paul Brousse) à assurer le prestige international de Villejuif, il est le principal pole de son possible développement économique, il est engagé dans une lutte efficace contre l’un des pires fléaux guettant les familles (et pas seulement les malades) : le cancer.

L’IGR, et pas la SADEV, M. le Bohellec !!!

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article841