L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Villejuif à l’honneur, grâce à La Grande Ourse

Imprimez !
18 décembre 2017
Alain Lipietz

Villejuif à l’honneur, grâce à La Grande Ourse

Le conseil départemental a primé nos amies de la Grande Ourse pour leur « Projet en faveur du climat 2017 ». La remise des prix, avec 8 autres projets primés, a eu lieu ce lundi midi à l’Hôtel du département.

JPEG - 360.9 ko
Prix 2017
JPEG - 256.1 ko
Les lauréats

La Grande Ourse a reçu un soutien de 2000 euros. Dommage que la maire-adjointe à la politique de la Ville ait bloqué le dossier de candidature de la Grande Ourse pour le Fonds d’Initiative Locale du Grand Orly Seine Bièvre, sous prétexte que "ce n’est pas une priorité de Villejuif !

JPEG - 316.8 ko
La prime

Plusieurs animatrices de L’Avenir à Villejuif sont investies dans le projet de la Grande Ourse, qui est sortie de sa tanière en mai dernier. Il s’agit de créer sur Villejuif un lieu convivial consacré à la transition écologique. Pour le moment, la Grande Ourse est itinérante, et se centre sur la dimension alimentaire de la transition : oui on peut manger bio, bon, pas cher, en diminuant sa consommation de viande ! Elle l’a montré au Salon #Bon et dans diverses réunions locales.

JPEG - 371 ko
Interview de la présidente

Déjà l’an dernier, nos amies Diane Lombardo et Geneviève Bonieux avaient été primées par le département pour l’expo AlimenTerre.

JPEG - 307.9 ko
Le prix 2016

En quoi le changement de nos habitudes alimentaires peut-il aider à la lutte contre le changement climatique, demanderez-vous ?

Rajinda Kumar PACHAURI, prix Nobel 2007 et président jusqu’en 2015 du Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (GIEC : le collectif des savants qui fait un rapport sur le climat tous les 6 ou 7 ans), a déclaré que la meilleure façon de lutter individuellement contre le changement climatique est de manger moins de viande.

Le changement climatique est dû à l’accumulation de Gaz à Effet de Serre dans l’atmosphère terrestre. Le principal est le gaz carbonique, qui vient des moteurs à combustion ou des incendies de forêts, mais beaucoup plus dangereux est le méthane.

L‘élevage représente 20 % de la production de gaz à effet de serre (GES), soit la moitié de la contribution de l’agriculture totale, alors qu’il faut 7 fois plus d’espace pour produire les protéine sous forme de viande que sous forme végétale.

Actuellement on prévoit que la consommation de viande va doubler d’ici 2050 alors que les pays développés se sont engagés à la Conférence de Buenos Aires à réduire d’un facteur 4 leur production de GES d’ici 2050 par rapport à 1990. (La France et l’union européenne ne sont déjà arrivé à « inverser la courbe » et réduire de quelques %)

Comment l’élevage produit-il du Gaz à Effet de Serre ?

- Parce que les vaches ruminent et produisent du méthane en rotant. Une vache produit ainsi 2/3 du GES d’un automobiliste européen moyen !

-  Parce qu’on va chercher le maïs et le soja très loin pour nourrir le bétail dans d’immenses étables où les animaux sont très mal traités. D’où : pourriture des déchets à l’air libre ( ce qui produit du méthane) , énergie du transport, alors que le bétail autrefois mangeait de l’herbe ou de la paille et fixait ainsi du carbone ;

- Parce que, en rasant des forêts pour faire pousser ce soja (comme en Amazonie), on détruit un « poumon de la Planète »

- Et après on transporte les carcasses… puis à nouveau les déchets ménagers… que l’on brule dans les incinérateurs comme celui d’Ivry… Encore du méthane et du gaz carbonique, les fameux GES !

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article838