L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Législatives à Villejuif : coup de balai sur les vieux partis

Imprimez !
12 juin 2017
Alain Lipietz

Législatives à Villejuif : coup de balai sur les vieux partis

À Villejuif et dans la 11e circonscription, comme partout, la percée de En Marche, au centre, et de La France Insoumise, à gauche, a écrasé les vieux partis, UMP/LR , PS et PCF qui se disputaient la circonscription depuis des décennies. Les Verts progressent également.

Le surgissement d’un centre autour de la figure du président Macron, sans rapport avec le Modem de 2012 (qui s’est rallié, sur Villejuif, à la droite) a fonctionné comme un aspirateur : 32,7 % à Villejuif.

Par contrecoup le PS chute de 37,75 % à 6,55 %, et sur le circonscription de 41 % à 9,1 % !! La droite chute aussi de 15,4 à 11,27 (de 17 à 10 dans la circonscription) : « l’alternance » n’a pas joué cette fois –ci. Ces deux partis (PS et UMP/LR) semblent balayés de Villejuif.

Mais l’abstention, anormale pour des législatives, signifie surtout que nombre d’électeurs qui ne votent plus pour les vieux partis… ne votent plus pour personne, même pas pour le Front National, qui baisse lui aussi (de 9,3 % à 6,6 sur la circonscription). L’abstention atteint 56,5 % à Villejuif, et 53 % sur la 11e. Du coup, si on rapporte les voix obtenues au nombre d’inscrits, les deux candidats sélectionnés pour le second tour ne remprésentent plus grand monde : 15,5 % pour la candidat de En Marche, parti promis à monopoliser l’assemblée nationale, et… 7,5 % pour le candidat de la "France insoumise", du "Peuple " de Mélenchon. Soumission des autres 92,5 % à la fatalité ?

Le duel fratricide entre le PCF et La France insoumise se traduit en pourcentage par une progression de la somme des deux partis, avec une victoire du la jeune France insoumise sur le vieux PCF. Le Front de gauche pesait 25,6 % des voix en 2012, la France Insoumise en prend 17,5 et le PCF 12,1 (somme des deux : 29,6 %). Au niveau de la circonscription, la progression est encore plus nette : le Front de gauche pesait 19% en 2012, la France insoumise obtient 16,4% et le PCF 8,8 %, soit 25,2 % à eux deux.

Le PS avait refusé la fusion avec les écologistes (qui proposaient : H de Comarmond, PS, candidate, le populaire ex-maire d’Accueil, Daniel Breuiller, EELV, en suppléant). Il ne s’est donc pas seulement effondré vers sa droite (En Marche), mais aussi vers sa gauche (France insoumise).

Et aussi vers les écologistes ! Ou plus exactement, les électeurs écologistes qui autrefois "votaient utile" (c’est-à-dire PS) aux législatives, considèrent de plus en plus qu’il est plus utile de voter vert, même aux législatives. À Villejuif, les écologistes de EELV passent de 3,5 % à 4,9% (alors même qu’ils n’avaient aucun représentant dans le tandem des candidats), et sur la circonscription : de 5,25% à 8,83 %. Et cela non pas par la progression de l’abstention chez les autres, mais en progressant de 1000 voix. EELV se paie le luxe, dans l’ex-circonscription de G Marchais, de passer de 10 voix devant le PCF, 78 voix derrière le PS.

Sur le papier , un tandem PS-EELV aurait obtenu 17,9 % et serait au second tour… La déroute du PS ne tient donc pas seulement aux fautes de la présidence Hollande, mais à un comportement localement suicidaire du PS, qui "préfère perdre que gagner avec les écologistes".

Pour le second tour, les électeurs EELV sont devant un choix compliqué. Une convergence des voix de gauche et écologistes vers le candidat arrivé en tête (Djamel Arrouche, de La France Insoumise, à ne pas confondre avec Fayçal Arrouche, ex adjoint aux finances de l’équipe Cordillot !) contesterait au parti présidentiel sa domination ailleurs écrasante. Le programme écologiste de La France insoumise est en outre largement celui des écologistes… sauf qu’ils ne pensent pas qu’il soit réalisable, ni même utile à la Planète, en sortant de l’Union européenne.

Mais l’hypothèse du « Frexit » a été sévèrement battue à l’élection présidentielle et la question ne se pose plus vraiment. L’élection d’un député France insoumise serait donc plus utile pour soutenir les combats de Nicolas Hulot au sein du gouvernement. D’où l’appel la candidate EELV, Marianne Jaouen, et de son suppléant Daniel Breuiller, au rassemblement, avec une argumentation sur le fond. Les difficultés du rassemblement de la gauche et des écologistes au second tour des élections législatives, qui allait de soi au second tour depuis 1993 (quelles que soient les querelles locales), viendront surtout des inimitiés accumulées entre la FI et le PCF ou le PS.

Nous avons déjà évoqué le point de vue de notre association, L’Avenir à Villejuif, qui ne peut pas prendre parti. Nous avons de lourds contentieux, politiques et judiciaires, avec le PS et le PCF villejuifois, mais aussi avec En Marche à Villejuif (groupe Vidal au conseil municipal). Au contraire nos rapports sont cordiaux avec le Parti de Gauche, noyau de La France Insoumise. Et nous rencontrons le plus souvent ses militants dans les associations qui nous sont chères, quoique beaucoup d’entre nous aient de la sympathie personnelle pour la candidate de En marche

Partager

Commentaires

2 Messages

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article750