L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > Faux en écriture publique

Imprimez !
10 juin 2017
Alain Lipietz

Faux en écriture publique

Le maire de Villejuif ne sait plus que raconter (et faire raconter).

Il y a une semaine, le 2 juin, le maire faisait exploser le conseil municipal au décollage en décidant de l’interrompre plutôt que laisser les conseillers municipaux aborder le drame des 11 agents dont les rémunérations ont été « rabotées ».

Le 4 juin, un communiqué du maire au Parisien attribuait cette décision aux « propos désobligeants et indignes » et au comportement du groupe macronien, qui avait « perturbé la séance dès les premières minutes ». Première version officielle…

Le 6 juin, nous découvrions, grâce à la déclaration en public de l’une de ses adjointes, la « version officieuse » (les éléments de langage) qu’il distille pour expliquer le fond de l’affaire (les fortes réductions de rémunérations subies par ces agents : « proches de l’ancienne maire, illégalement promus à la veille des élections » disait-elle). Il s’agit d’une pure diffamation envers les victimes.

Le 7 juin, il convoque le conseil par une lettre où il explique ainsi l’explosion au décollage : « Suite au départ de conseillers municipaux, le quorum n’était plus atteint lors du départ de conseillers municipaux du 2 juin 2017, une nouvelle convocation vous est adresssée [pour le 12 juin 19h 30] etc. » Seconde version officielle…

C’est évidemment un mensonge : notre groupe ne partait nullement, mais faisait simplement valoir son droit à une suspension de séance pour discuter de son refus d’inscrire à l’ordre du jour le vœu relatif aux malheureux agents. L’enregistrement de la séance en fait foi. Cette suspension était de droit et le maire ne pouvait la refuser (article 22 du Règlement intérieur. « La suspension ne peut excéder 15 minutes. »)

Il ne s’agit pas d’une diffamation : il n’y aurait eu aucun délit ni déshonneur à « partir » d’un conseil municipal. Il s’agit d’un « faux en écriture public ». Ça va chercher assez loin, mais bon, on est habitué au Trumpisme.

Nous n’allons pas porter plainte. C’est simplement une pièce de plus au dossier de l’affaire des rémunérations rabotées. Que cherche donc à cacher MMlMMM ?

Partager

Commentaires

3 Messages

  • Natalie Gandais 10 juin
    19:00

    Tous les conseillers municipaux de l’Avenir à Villlejuif sont présidents de bureaux de vote. Ce matin au courrier, plusieurs d’entre nous découvrent que le maire, sans aucune concertation, les a changé d’affectation !! Nous n’avons plus qu’à nous ré-organiser en dernière minute avec nos vice-présidents pour tenir convenablement nos bureaux...

    repondre message

  • Jeanine roillin coutant 13 juin
    13:31

    Cela ne peut continuer comme çà. Ne peut on refaire des élections ? Les Villejuifois n en peuvent plus. Jamais un exécutif n a été aussi "minable ".

    repondre message

    • Alain Lipietz 13 juin
      22:10

      Le problème c’est que maintenant 4 sur 7 de la liste Vidal sont passés à droite en échange d’un poste et assurent au maire une majorité. Les deux autres macroniens... tu connais. La troisième a aussi vite compris que toi. Au moins, les Villejuifois auront eu une expérience préalable du macronisme.

      repondre message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article749