L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Actualités > L’Office (municipal ?) des sports... Et suites

Conseil du 24 juin 2016 (3)

Imprimez !
28 juin 2016
Alain Lipietz

L’Office (municipal ?) des sports... Et suites

Mise à jour 1er juillet 2016 : Serfati, expulsion de l’USV

Après la suspension de séance au début du conseil, l’ordre du jour prévoyait la présentation de l’Office des Sports. Débat sans vote.

Nous avons vu comment, sans que le Conseil municipal n’en ait jamais débattu, le maire et l’adjoint aux sports M. Monin ont organisé la constitution d’une nouvelle structure associative pour se substituer à l’existante, l’Union Sportive de Villejuif.

Cette nouvelle association, l’Office des sports, appelé dans certains textes Office Municipal des Sports, a tenu son assemblée générale constitutive la semaine précédente. Sans grand changement : les mêmes personnalités du monde sportif qui animaient l’USV sont élues à l’OMS, les candidats de M. Monin ont été sèchement écartés sauf dans le cas particulier du football. Les « promesses » faites aux uns et aux autres n’ont pas été tenues, et le monde sportif de Villejuif (en particulier les sports de combats) bruissent d’anecdotes rigolardes ou indignées sur les règlements de comptes parfois dignes de Corbeil-Essonnes qui s’en sont suivis..

Dans le public de ce conseil municipal, il n’y a pas tant que ça de représentants des clubs pour saluer cette création. Le responsable du club de rugby (monsieur Martins), désormais vice-président de l’OMS, lit un texte dans lequel est fait l’éloge des valeurs du sport et l’annonce que l’OMS sera affiliée à la Fédération Nationale des OMS (FNOMS) tandis que monsieur Château, responsable du club de volley, présente le bureau directeur du nouvel OMS. Il en est le président. Rien dans leurs interventions ne manifeste l’ardente nécessité qu’il y aurait eu de supprimer l’USV-Union, qui jusque là réunissait la plupart des clubs sportifs villejuifois, si ce n ‘est que l’OMS sera affilié à la FNOMS.

Bien que le maire tente de justifier cette opération par le souhait des clubs de gagner une plus grande autonomie, chacun comprend que c’était la volonté du maire et de l’adjoint aux sports M. Monin : c’était ça ou la suppression des subventions. L’un comme l’autre parlent de l’Office des sports (OS) tandis que les représentants des clubs ont présenté un Office municipal des sports… Allez y comprendre quelque chose

Natalie Gandais intervient pour notre groupe.

L’intervention de Natalie Gandais

Merci aux représentants des clubs sportifs pour cette présentation. Bien que nous ayons toujours quelques interrogations sur le fait que cette initiative soit celle des clubs qui se seraient spontanément lassés d’être regroupés au sein de l’USV, nous notons qu’ils ont présenté un OMS et pas un OS. J’espère que le maire, qui leur a garanti l’autonomie, respectera ce choix…

Merci monsieur le maire de cette occasion qui nous est enfin donnée d’un débat sur la politique sportive à Villejuif.

Durant le début de ce mandat, le groupe Avenir à Villejuif ne s’est pas impliqué dans les affaires sportives, au sens où elles nous sont présentées ce soir, c’est à dire l’organisation des clubs.

Dans notre programme du premier tour, nous proposions principalement de rechercher un meilleur équilibre entre le sport de compétition, le sports loisir et le sport santé, en installant des équipements de type « parcours sportifs pour toutes et tous » dans les espaces publics, en encourageant les associations de quartier à aller vers des pratiques de sports santé en pied d’immeuble. Notre souhait de mettre en œuvre au plus vite le plan vélo relevait également de cette volonté d’encourager les habitants à reprendre le vélo, en tant qu’activité physique bénéfique pour la santé.

Nous avons eu des occasions d’en discuter avec les autres groupes de la majorité, je me souviens de discussions sur la qualité et la conformité des jeux « destinés aux handicapés » dans les parcs, ou d’une proposition d’animation vélo pour les manifestations de la COP 21 (qui s’est heurtée à votre veto). Le projet de création d’un centre équestre sur le terrain Rameau participait également d’un souhait de ré-équilibrage vers le sport loisir.

L’autre aspect auquel nous tenons énormément, et que nous ne sommes pas parvenus à vous faire entendre, c’est l’égalité d’accès des femmes et des jeunes filles aux activités sportives. Nous n’acceptons pas que des équipement très coûteux, tout comme d’immenses espaces de plein air (comme les terrain de grand jeu) soient destinés principalement aux garçons. Lors d’un atelier du PLU intitulé « la place des femmes dans l’espace public », nous avions pourtant identifié l’écart considérable entre la pratique féminine et masculine du sport à Villejuif. C’est quand même une petite victoire : grâce à nous, désormais les statistiques soient connues : sur un total de 5758 inscrits dans les clubs subventionnés : 3771 hommes et 1793 femmes, ce qui permet de mesurer l’effort qui reste à faire. A ce propos le comité directeur de l’OMS comporte 5 hommes et une femme, c’est un peu éloigné de la parité !

Jusqu’au 20 janvier dernier, dans le cadre de mes délégations à l’urbanisme au patrimoine et aux travaux, j’ai participé à plusieurs réunions de travail sur la programmation et l’édification d’équipements sportifs, notamment la Halle des sports, la Maisons des arts martiaux ou le Centre équestre déjà évoqué. Si dans ces occasions ( ou d’autres) vous avez annoncé à plusieurs reprises votre souhait de remplacer l’USV par un OMS, vous n’avez jamais dit pourquoi. On en sait à peine plus ce soir. Mais Il se trouve que depuis ma destitution, des acteurs de la vie sportive villejuifoise sont venus me raconter les conditions dans lesquelles s’élaborait l’OMS.

Par exemple, vous avez recruté un chargé de mission pour créer cet OMS, vous avez exigé que cette mission (de destruction de l’USV…) soit effectuée au sein même de l’USV. Même le salaire du chargé de mission devait être payé par l’USV ! Avec la promesse d’une compensation par une subvention équivalente. Pour une raison mystérieuse, la subvention s’est révélée insuffisante et le salaire du chargé de mission n’a plus été versé. Celui-ci a alors constaté la rupture de son contrat de travail. Il s’est tourné vers les Prud’hommes qui étudient ces jours-ci son recours contre l’USV et contre la Ville (car le contrat de travail stipule bien que les rapports doivent être remis au maire…). Encore une personne maltraitée pour avoir tenter de faire ce que vous lui demandiez !! On se demande bien pourquoi tout ça…

Toutefois, ce soir, nous avons devant nous les responsables du futur OMS, et c’est à eux que je m’adresserai, au nom du groupe Avenir à Villejuif : je voudrais souligner (et c’est d’autant plus important que le maire a hélas renoncé au volet « prévention » du dispositif de tranquillité publique que vous nous avez présenté le mois dernier) la responsabilité qui pèse sur les jeunes épaules du nouvel OMS. Vous aurez à transmettre les valeurs du sport à tous les enfants, adolescents filles et garçons qui fréquenteront vos clubs, vous aurez aussi à vous assurer que les équipes dirigeantes soient exemplaires et puissent constituer des modèles pour les jeunes dont ils ont la charge. Nous vous souhaitons de réussir dans cette mission !

Enfin, je voudrais rappeler à tous, élus de la majorité comme dirigeants des clubs sportifs, que l’USV a une convention d’occupation de la Maison des sports Karl Marx, avec un avenant en bonne et due forme, signé par le maire, jusqu’à la fin de l ‘année 2016. Nous remercions chaleureusement l’USV pour tout le travail accompli pendant des années auprès des Villejuifois jeunes et moins jeunes, nous souhaitons que la convention de la Maison des sports soit respectée, que l’USV puisse finir sa mission dans de bonne conditions et qu’une période de transition soit mise en place, dans l’intérêt du sport et des sportifs !

Le débat : des adjoints pas très "sport"

Il n’est toujours pas prévu de vote après le débat : c’est au mieux en octobre que le conseil municipal devra décider (ou pas ! ) de transférer à l’OMS le soutien que la ville (et jusque dans le budget voté au printemps 2016) réservait jusqu’ici à l’USV.

Donc nous ne savons toujours pas pourquoi cette transformation. M. Monin bredouille de vagues explications. Le maire vole à son secours, vantant des projets passablement inquiétants comme l’accueil d’une équipe de volley « semi-professionnelle » (qu’il va falloir subventionner). Quant au passage de l’USV à l’OMS, il assène deux mots clés : « plus d’autonomie et plus de transparence ». Mais pourquoi faut-il pour cela changer de structure associative ?

Pourquoi, oui, pourquoi ? C’est sur ce point que tous les élus d’opposition interrogent le maire adjoint, qui ne parvient pas à aligner deux mots de plus. « J’ai condescendu (sic), dit-il, à donner des explications à la Commission sportive paritaire [qui distribue les subventions], je n’ai pas l’obligation de vous en donner plus ici ! »

Enfin, M. Bounegta (président du groupe NDPV, celui du maire) et A. Lecavelier (membre du groupe VNV de P. Vidal) interviennent, et, "les premiers à Villejuif, de mots mis en leur place enseignent le pouvoir". Explications savantes que tous attendaient, et que ni le maire ni le maire adjoint n’avaient su découvrir. Il est question (on l’aurait parié) des « nouvelles technologies », et (bien sûr) de « mutations économiques nécessitant une modification structurale de nos structures », ou (plus surprenant) de la « fin de la patrimonialité au sein de structures fédératives », etc.

Ces raisonnement m’évoquent irrésistiblement le valet Sganarelle expliquant à Doña Elvire pourquoi le Don Juan de Molière l’a plaquée : « Madame, les conquérants, Alexandre, et les autres mondes sont causes de notre départ…  »

J’interviens pour avouer que mon inculture associative ne me permet pas de saisir en quoi ces excellentes et indéniables raisons justifient le passage de l’USV à l’OMS, et j’avance une hypothèse. Je viens de consulter sur mon portable les statuts standards des OMS et leur charte éthique (le « Préambule »). On y lit que des « représentants de la Municipalité, qu’ils soient élus municipaux ou désignés par elle pour la représenter » y siègeront à la direction de l’OMS, « à égalité de droit » avec les sportifs.

À la direction de l’USV, il n’y avait que les sportifs… Fi !

Le 27 juin, première suite : l’USV expulsée

Le maire, lors du conseil, a précisé que la convention entre la ville et l’OMS serait présentée lors du prochain conseil (en octobre, donc). Mais aujourd’hui, par courrier recommandé, monsieur Monin prétend expulser l’USV-Union de ses locaux de la Maison des sports (qu’elle occupe par convention jusqu’au 31 décembre) dès le 1er septembre...

Le 28 juin, deuxième suite : la Ville est en tort

Le tribunal des prud’hommes a reconnu aujourd’hui les torts de la Ville de Villejuif à l’égard de monsieur Serfati, karatéka de haut niveau, que le maire avait fait embaucher par l’USV pour créer l’OMS, sans payer l’intégralité de son salaire... Une indemnisation de près de 70 000 euros. Et ce serait aux contribuables villejuifois d’en faire les frais ?

Le compte-rendu du Conseil du 23 juin est en trois parties :


1. La folle nuit du conseil municipal
2. Le budget et la souffrance des agents
3. L’Office (municipal ?) des sports... Et suites (Serfati, expulsion de l’USV)

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article605