L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Parcs et jardins > Fête de la Nature, fête des voisins

Imprimez !
30 mai 2015
Alain Lipietz

Fête de la Nature, fête des voisins

La saison des fêtes bat son plein. La première fête de la nature de Villejuif est accolée, tout ce week-end, à la fête de la Nature du Parc des Hautes Bruyères financé par le Val de Marne. Programme dans le numéro presque spécial de Villejuif-Notre-Ville. La veille, c’était Fête des Voisins.

En coordonnant, vendredi soir, les « fêtes de voisins » au niveau municipal (avec un kit d’organisation) , on a boosté des vocations. Certaines résidences s’y sont mises pour la première fois (comme Les Roses Rouges), et ont pu constater que ce n’était pas si difficile !

Par la même occasion était inaugurée la « galerie éphémère », dans un local commercial de la rue Georges Lebigot, exposant des artistes villejuifois-e-s de l’association Artemotion, sur le thème « Madones des temps modernes » (sans mièvrerie aucune). Grâce à Catherine Casel, maire adjointe et administrtrice de l’OPH, et Corinne Seingier, directrice de l’OPH.

Le sous-sol est mieux que le Palais de Tokyo ! Ça dure un mois. Mais le vernissage fut aussi l’occasion d’une fête de voisins (commerçants) de la rue G. Lebigot : Show Devant offrait le punch, Pasta Vino les kirs , la nouvelle boucherie offrait le pâté et les rillettes, la boulangerie Moisan le pain.

Donc, dès samedi matin, Fête de la Nature (encore une initiative de Catherine Casel !) entre le centre ville et le parc des Hautes bruyères. C’est assez loin : un petit train est une place ! Les animateurs du parc sont ravis. Il y deux ans, L’Avenir à Villejuif avait dû intervenir contre… leur suppression par le Conseil général, pour des raisons d’austérité budgétaire.

Partout on vend des fleurs ou pousses en pots, comme la Ressourcerie « Chic on ressource ! »
A coté des associations de solidarité avec l’Afrique, de plus en plus impliquées dans l’agriculture bio « ici et là-bas », comme Nénétouti et Karta Dema, la mode est cette année aux hôtels à abeilles et insectes. La politique « zerophyto » de la Ville, relayée par les stages de Pollinis leur offre un « terrain d’atterrissage ». Et qui dit insectes et abeilles dit oiseaux, fleurs et fruits.

Les services de la ville s’y mettent, avec deux hôtels en construction

Mais faites-le vous-même avec des matériaux de récupération :

Principe fondamental de l’écologie politique : le lien social va de paire avec le lien Humanité-Nature.

Partager

Commentaires

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article412