L’Avenir à Villejuif
Écologie - Démocratie - Solidarité

Categories

Accueil > Thémes > Transports et déplacements > Le Plan de déplacements urbains d’Ile de France (PDUIF)

Imprimez !
17 mai 2013
Natalie Gandais

Le Plan de déplacements urbains d’Ile de France (PDUIF)

Lettre d’observations à l’enquête publique

Après la réponse à l’enquête publique du SDRIF, voici notre réponse à l’enquête publique du PDUIF, un document que vous pouvez consulter ici.
Voir aussi la réponse d’Alain Lipietz pour le groupe Europe-Écologie de Villejuif.

Monsieur le Président
Commission d’enquête
pour la révision du PDUIF

Villejuif, le 17 mai 2013

Monsieur le Président,

Les Ateliers de l’Avenir à Villejuif est une association de citoyens engagés dans l’élaboration d’un projet municipal écologique, démocratique et solidaire. Nous nous réjouissons que le PDUIF affiche des objectifs ambitieux pour donner un nouveau souffle à la pratique du vélo, accroitre de 20% les déplacements par les transports en commun, et mettre en oeuvre un nouveau partage de la voirie.

Nous voudrions attirer votre attention sur deux points qui concernent le ré-aménagement de de la RD7 et qui pourraient localement (pour les habitants se déplaçant entre Villejuif et Paris) contrarier ces objectifs. Et nous voudrions contester l’affirmation (page 51) que « les quartiers pavillonnaires sont peu propices à la marche et au vélo ".

Concernant les quartiers pavillonnaires

Nous sommes désolés, à Villejuif, qu’ils fassent l’objet d’attaques régulières, sous prétexte de densification. Après les drames des expropriations pour installer le Crédit Lyonnais à Villejuif, puis ceux pour élargir la RD7 afin d’y faire passer le tramway, on ne compte plus ici les drames humains que constituent les expropriations pour construire de grands immeubles autour de la future gare de métro Aragon-ligne Rouge.

Le nouveau PLU de Villejuif densifie les quartiers pavillonnaires par augmentation du COS - ce qui serait acceptable si la ville prenait le soin de renforcer en même temps ses réseaux d’eau propre et sale - mais surtout il les grignote à coup de ZAC et les cerne d’immeubles de 40m de hauteur, détruisant le charme de ces quartiers populaires anciens, qui permettaient depuis la loi Loucheur à des personnes modestes d’avoir une petite maison et un jardin à proximité de Paris, et qui aujourd’hui attirent les ménages qui ne peuvent plus se loger à Paris à cause des prix de l’immobilier.

Alors, découvrir page 51 du PDUIF que « les zones pavillonnaires, historiquement conçues pour la voiture », ...seraient « peu propices à la marche et à l’usage du vélo » nous révolte particulièrement. Faut-il vraiment introduire une telle contre-vérité dans le PDUIF pour venir à bout de ces pauvres zones pavillonnaires ? Alors que curieusement, le PDUIF n’attaque pas les quartiers résidentiels des villes de banlieue riches...

Nous pouvons vous affirmer, Monsieur le Président de la commission d’enquête, qu’on marche parfaitement bien à pied dans nos quartiers pavillonnaires qui parviennent à conserver une atmosphère conviviale de village, à portée de pas des commerces et des transports en commun et qu’on s’y déplace très volontiers à vélo.

Les obstacles à la pratique du vélo à Villejuif, en centre-ville comme en quartiers pavillonnaires sont plutôt l’absence de double-sens cyclables, de dispositifs de stationnement, et de pistes cyclables sur les grands axes. Voir ci-après.

Concernant la pratique du vélo

La réfection de la RD7, en cours d’achèvement, ne permettra pas de donner « un nouveau souffle à la pratique du vélo » comme le souhaite le PDUIF page 4.

En effet, plutôt que s’appuyer sur le savoir faire des collectivités cyclables et des associations cyclistes en matière de partage de la voirie, les élus et techniciens du Conseil général du Val de Marne expérimentent ici un nouveau style de partage, l’emprise des pistes étant partagée entre les vélos, les bungalow de vente des nouveaux programmes de construction et les container à ordures.

Quant à la petite bordure en granite qui sépare la piste « piétons » de la piste « vélo », que les vélos sont obligés de franchir chaque fois qu’ils rencontrent un tel obstacle, elle provoque de nombreuses chutes.

D’autre part, les mêmes semblent ignorer que lorsqu’on créée une piste sur trottoir, il est nécessaire de prévoir une « vue à zéro » pour faciliter le passage du vélo du trottoir à la chaussée et de la chaussée au trottoir (comme les passages abaissés pour les handicapés).

Ensuite, le CG 94 ignore aussi qu’il est recommandé de NE PAS implanter des poteaux de signalisation en plein milieu des pistes cyclables.

Enfin, tous les cyclistes, et les villes cyclables, connaissent les problème de chaussées glissantes par temps de pluie, et souvent savent choisir un revêtement approprié. Sauf le CG 94 sur la RD7.

De nombreux cyclistes, après avoir espéré cette re-qualification « avec pistes cyclables » de la RD7, ont renoncé à passer par là et reprennent leurs anciens itinéraires. Ces travaux ne sont pas de nature à inciter de nouveaux usagers à prendre un vélo.

Concernant les déplacements en transports en commun

Pour répondre à la demande de densification autour des futures gares de métro de la ligne Rouge, la Ville de Villejuif s’apprête à construire de nombreux immeubles autour de la gare de métro Aragon, 30 000 m2 de logements et 60 000 m2 de bureaux, ce qui va générer des déplacements sur la future ligne Rouge quand elle y sera, mais aussi augmenter les échanges entre Villejuif et Paris sur l’axe de la RD7 qui est aussi celui de la ligne 7 du métro.

De nombreux Villejuifois prennent déjà le métro vers Paris le matin par la ligne 7 - qui n’est qu’une « demi-ligne » puisqu’elle rejoint à Maison-Blanche les rames (une sur deux) venant d’Ivry. Cette ligne 7 est saturée entre 7 h et 9h du matin, et saturée également le soir au retour (entre 17h et 19h).

Bientôt, le tramway T7 arrivera à Villejuif Aragon. Comme hélas il s’interrompt là au lieu de continuer jusqu’à Paris, dès sa mise en service, le nombre de voyageurs qui poursuivra le trajet vers Paris par le métro ou le bus va augmenter !

Le métro étant déjà saturé, on imagine que le bus devra prendre en charge ces voyageurs supplémentaires, et que la réfection de la RD7 sera l’occasion d’organiser le partage de la voirie, ainsi qu’il est préconisé par le PDUIF et par le code des transports, paragraphe 6, cité page 8 du PDUIF qui évoque une « amélioration du réseau principal... par une répartition de son affectation entre les différents modes de transport », au moyen d’un couloir de bus en site propre, comme il a été réalisé sur le tronçon de la RD7 déjà refaite entre la station de métro Kremlin-Bicêtre et la porte d’Italie Kremlin-Bicêtre (toutefois seulement en direction de Paris).

Actuellement, hélas, les travaux sont en cours et le couloir de bus n’est pas prévu. Quel dommage ! Le bus partagera alors les bouchons avec les voitures ? Ce n’est pas ainsi qu’on pourra accroitre la part modale du bus comme le préconise le PDUIF (page 44) s’agissant des villes de banlieue du coeur de l’agglomération. Alors que c’est une des actions à mettre en oeuvre pour un partage plus équilibré de la voirie (page 63).

A moins qu’il soit encore temps de modifier les travaux en cours.

Quand au couloir de bus dans le sens Paris-Villejuif, nous déplorons son absence sur la totalité de son parcours sur la RD7. Pourquoi ne bénéficierions-nous pas d’un couloir de bus dans les deux sens et en site propre comme sur la départementale d’ Ivry/Vitry ? Pourquoi faire subir aux habitants de Villejuif plus de pollution et plus de stress en mêlant bus et voitures ?

Nous espérons vivement que nos observations seront prises en compte, pour une bonne mise en oeuvre du PDUIF.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les meilleurs,

Natalie Gandais

Partager

Commentaires

1 Message

Répondre à cet article

Vous retrouverez cette page sur internet :
http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article39